2018
custodia.org

La condamnation de Jésus et son sacrifice : pèlerinage au Lithostrotos

Après avoir rappelé les larmes de Jésus sur Jérusalem, sa prière à Gethsémani, le moment de sa flagellation et avoir pèleriné à Béthanie, les frères de la Custodie de Terre Sainte ont animé la célébration de la dernière étape du chemin de Carême. Le 21 mars à Jérusalem, une messe a été célébrée dans l’église du Lithostrotos pour faire mémoire de la condamnation de Jésus. Deux mercredis de suite, on s’est rassemblé dans le domaine du couvent de la Flagellation qui se dresse là où se trouvait autrefois la « forteresse Antonia ».

Le sanctuaire de la condamnation du Seigneur fut construit en 1904 par Fr. Wendelin Hinterkeuser sur les ruines d’une église du Moyen Age qu’on avait découverte par hasard quelques années auparavant. Le nom de l’ancienne église n’est pas connu, mais on sait que la nouvelle reçut le nom de Lithostrotos à cause du pavement à grandes dalles qui se poursuit sous le sanctuaire voisin de l’Ecce Homo. Ce dernier est considéré comme faisant partie du Lithostrotos, là où Pilate établit son siège pour juger Jésus. C’est de là que Jésus sortit en portant la croix. C’est pour cela que tous les pèlerins qui parcourent le chemin de Jésus, font partir de là le chemin de Croix.

La messe pour ce pèlerinage de carême a été présidée par Fr. Alessandro Coniglio, professeur du Studium Biblicum Franciscanum. Don Luigi Maria Epicoco, lui aussi professeur du SBF, a comme d’habitude prononcé l’homélie, puisqu’il a été choisi comme prédicateur pour ce Carême 2018. « Ce lieu est celui de la condamnation de Jésus, mais aussi de son dialogue avec Pilate – a expliqué Don Epicoco –. Jésus ne nous défend pas, mais il s’offre à notre place, devient coupable, il paie à notre place. Ce lieu est celui où Jésus se met entièrement du côté de l’homme jusqu’au point de devenir un avec l’homme ». Tout ce que l’homme doit payer, c’est Jésus qui le paiera, soutient le prédicateur. « Quand nous péchons, nous obligeons Jésus à descendre avec nous dans le péché – a conclu Don Epicoco –. Le Seigneur n’est pas monté sur la croix pour que nous éprouvions un sentiment de culpabilité, mais pour payer à notre place et nous libérer entièrement de la faute ».

L’étape du Lithostrotos a été la dernière pour les franciscains de la Custodie de Terre Sainte. Entre temps, Jérusalem se remplit de pèlerins, de jour en jour : Pâques approche dans la Ville Sainte.

Beatrice Guarrera
22/03/2018

» custodia.org
© 2011 Terra Sancta blog   |   privacy policy
custodia.org    proterrasancta.org    cmc-terrasanta.com    terrasanta.net    edizioniterrasanta.it    pellegrinaggi.custodia.org