2016
custodia.org

Mère Teresa, la sœur universelle fêtée à Jérusalem

Dimanche 18 septembre autour des Sœurs Missionnaires de la Charité présentes en Palestine et à Jérusalem, la communauté chrétienne réunie à Saint-Sauveur a vécu une messe d’action de grâces pour la canonisation de leur fondatrice Sainte Teresa de Calcutta célébrée à Rome le 4 septembre dernier.

C’est Mgr Shomali, évêque auxiliaire, qui a présidé la célébration entouré du père Custode, Francesco Patton et d’une quinzaine de prêtres tandis que les sœurs venues de Bethléem et Gaza aux côtés de leurs sœurs de Jérusalem avaient pris place au premier rang. Une place que l’on leur voit pourtant rarement prendre.

Les sœurs de Mère Teresa, comme on les appelle communément, colorent le paysage de la Terre Sainte avec leur sari blanc bordé de bleu depuis plus de 40 ans déjà. Toujours deux par deux, elles vont d’une maison à l’autre pour secourir discrètement toutes les pauvretés. Ici c’est une famille qui n’a pas de quoi manger, là c’est un malade qui ne peut plus se déplacer.

Beaucoup sont indiennes, quelques-unes viennent d’autres pays, et toutes essaient d’apprendre quelques mots d’arabe pour se faire comprendre dans les maisons, mais souvent leur charité suffit. Des mots pourtant reviendront fréquemment dans leur bouche, Dieu, messe, confession, communion, prière. L’essentiel en somme du message évangélique qu’elles distillent en vous
donnant une orange ou un médicament.

Dans son homélie, Mgr Shomali a rappelé le pèlerinage de sainte Teresa de Calcutta en 1982. Il était alors étudiant au séminaire de Beit Jala et Mère Teresa venait de recevoir le prix Nobel de la paix. « Nous lui avons demandé de nous parler de sa congrégation et de ses activités, mais elle nous a uniquement parlé de la raison pour laquelle elle prenait soin des pauvres et luttait contre la pauvreté. Et cette raison c’est l’amour pour Jésus, le plus pauvre des pauvres. »

« Nous serons jugés sur l’amour, nous rappelle la lecture de l’évangile de Matthieu ( Mt 25, 30 46) de la fête, a poursuivit le prédicateur. Sainte Teresa a vécu cet amour toute sa vie, elle rassemblait tous les pauvres qu’elle rencontrait dans les rues de Calcutta sans distinction de religion pour leur donner de vivre dans les centres qu’elle créait. En eux, elle voyait Jésus. Et la main de Dieu pourvoyait dans ce qui était nécessaire. Travaillons à notre tour comme elle a travaillé. Aimons les membres de notre famille, aimons nos voisins, visitons les personnes malades, donnons aux pauvres de ce que nous avons. »
A l’issue de la célébration, la paroisse reçu l’assemblée dans ses locaux pour remercier les Sœurs Missionnaires de la Charité pour l’exemple qu’elle nous donne.

Ce même jour à Naplouse une célébration autour des pères Missionnaires de la Charité la branche contemplative de l’ordre était également célébrée.

Les sœurs Missionnaires de la charité sont une quarantaine en Terre Sainte (Palestine + Jérusalem + Jordanie), réparties dans 7 maisonnées.
Dans certaines des maisonnées elles accueillent des personnes handicapées ou des vieillards, tandis que dans d’autres elles ne font pas d’accueil mais vont au devant des besoins des pauvres là où elle les trouvent. La maison de Jérusalem, est pour la communauté présente dans le pays, un lieu de ressourcement spirituel pour les religieuses elles-mêmes.

» custodia.org
© 2011 Terra Sancta blog   |   privacy policy
custodia.org    proterrasancta.org    cmc-terrasanta.com    terrasanta.net    edizioniterrasanta.it    pellegrinaggi.custodia.org