2012
lpj.org

Rameh : Manifestation populaire contre la violence

Samedi 11 février 2012 une grande marche de manifestation populaire contre la violence a été organisée à Rameh, dans la Haute Galilée. Une réaction commune de la population religieusement mixte, après une série de violence qui avait frappé le village ces dernières semaines et qui atteignit malheureusement son paroxysme dans le meurtre mystérieux d’un jeune druze de 23 ans.

Les organisateurs provenaient à la fois des écoles, des institutions religieuses, chrétiennes, druzes et musulmanes et de la municipalité du village. Parmi les participants on pouvait remarquer les autorités civiles, municipales, politiques et scolaires, l’évêque Giacinto-Boulos Marcuzzo, vicaire patriarcal latin pour Israël, entouré des curés orthodoxe, melkite et latin, les scheiks musulmans et druzes, dont leur chef Muaffaq Tarif, la famille du jeune assassiné et bien sûr des centaines, peut-être même plus d’un millier d’élèves de toutes les écoles.

Même si le meurtre et donc la manifestation n’avaient pas, heureusement, un fond confessionnel, la paroisse et l’école du Patriarcat latin étaient particulièrement impliquées dans l’organisation et la participation, grâce surtout à l’engagement personnel du curé Don Ilario Antoniazzi et du directeur M. Jiriès Mansour.

Partie de l’école secondaire du village, la marche a traversé tout le village. Les écoliers portaient de nombreux panneaux où ils avaient gravé des expressions et des dessins très explicites contre la violence. La marche s’est arrêtée au stade municipal où des discours officiels furent prononcés. Prirent la parole, entre autres : le maire, M.Shawqi Abu-Latif, le Sheikh druze Muaffaq Tarif, Mgr Boulos Marcuzzo, le parlementaire Hanna Soued, le représentant de la communauté musulmane, M. ‘Ahed Abu Al-Amin ainsi que M. Jiriès Mansour, au nom de toutes les écoles. Et naturellement, des jeunes et des petits écoliers. Tous traitèrent le sujet de la violence sous ses divers angles, insistant sur le rôle et la responsabilité de la famille, de l’école, des institutions religieuses, de la société et des diverses autorités, surtout de la police. Mgr Marcuzzo ne manqua pas de proposer une réflexion évangélique sur le cœur de l’homme, source de tous les biens ou des tous les maux. Et donc sur la nécessité de la formation et de l’éducation : « Ne comprenez-vous pas…c’est ce qui sort du cœur de l’homme qui souille l’homme. Du cœur, en effet, procèdent mauvais desseins, meurtres… ».

Notre correspondant de Galilée
(photos d’Akram Karam)

» lpj.org
© 2011 Terra Sancta blog   |   privacy policy
custodia.org    proterrasancta.org    cmc-terrasanta.com    terrasanta.net    edizioniterrasanta.it    pellegrinaggi.custodia.org