2012
custodia.org

In corde, in ore, in opere : sur la voie de la cohérence jusqu’à la Croix. Cinquième jour de travaux du III° Congrès international des Commissaires de Terre Sainte

Jérusalem, Couvent de Saint Sauveur, 3 février 2012

Les Laudes et la Messe qui ont ouvert, en l’église de Saint Sauveur, la journée du vendredi 3 février, avant-dernière des travaux du Congrès international des Commissaires de Terre Sainte, ont été présidées par le Frère Massimo Tedoldi, Secrétaire général de l’Ordre pour les Missions et l’Evangélisation. Dans son homélie, le Frère Tedoldi a accordé une attention particulière à la figure de Saint Jean Baptiste et à l’épisode de sa mise à mort, proposé par la liturgie. Jean, qui a tout offert au Seigneur, sa vie, son cœur, sa personne et jusqu’à son martyr, est un exemple très élevé de fidélité, un homme juste et saint qui proclame courageusement la vérité, un prophète tout entier du côté de Dieu et qui transmet Sa Loi et Sa Volonté. Pour ce motif, la synthèse du puissant message qui provient de la voix et de l’exemple de Jean, même à des siècles de distance, pourrait être définie comme étant « la formule de la cohérence » : ce que tu gardes dans ton cœur, que tes lèvres le disent, que tes mains le réalisent, in corde, in ore, in opere. Le Frère Tedoldi précise : « La cohérence consiste en ceci : cette même Parole qui naît en toi et est chevillée à toi, in corde, te pousse à l’annoncer, in ore, exige d’être incarnée, in opere. Un fil rouge de caractère concret unit le cœur aux lèvres aux pieds et aux mains ». Et Jean a été justement le plus grand interprète d’une prédication essentielle, une vie, à partir de sa première exultation dans le sein de sa mère Elisabeth, complètement ravie par le caractère concret de la Parole et par la rencontre avec la personne de Jésus. Tout en lui parle d’un Dieu incarné et entré dans l’histoire de l’homme, d’un Agneau qui s’est présenté à lui pour recevoir le baptême. Ceci représente un message précieux surtout pour les Commissaires de Terre Sainte, une invitation à répugner une théologie désincarnée et théorique, pour être dans leurs Provinces respectives « un lambeau de Terre Sainte : de concret, d’effusion d’authentique humanité, de la proximité de Dieu ! Lorsque vous venez ici, vos cinq sens sont des radars qui captent la Présidence du Dieu incarné. Faites-en le plein pour en verser ensuite une bonne mesure sur vos confrères de la Province ! Et en outre auprès des fidèles, donnez un caractère concret à votre prédication en vous laissant toucher, de telle sorte que ce que vous avez vu, entendu, touché leur soit transmis ». Le Frère Tedoldi a conclu en exhortant les Commissaires à être, comme Jean, « un joyeux « Ecce », indiquant la présence du Seigneur là où habitent les gens ».

La matinée s’est poursuivie au travers des rapports, dans les trois langues du Congrès, italien, anglais et espagnol, concernant les deux premiers thèmes élaborés au cours des jours précédents : Les Commissaires et leurs rapports avec la Custodie, la Province et les Diocèses et La situation économique de la Custodie et la contribution des Commissaires. L’exposition de chacun des rapports a été suivie par une confrontation et une discussion en Assemblée plénière.

Dans l’après-midi, à 15h00, après le déjeuner pris en commun à la Maison neuve (Casa Nova) franciscaine, les Commissaires ont pu participer au Chemin de Croix que, chaque Vendredi, les Frères de la Custodie effectuent dans les rues étroites de la Vieille Ville de Jérusalem, de la cour de l’école islamique el-Omariye, face au Couvent de la Flagellation, où se dressait un temps la Forteresse Antonia et le Prétoire de Pilate où Jésus fut condamné à mort, le long de la Via Dolorosa et jusqu’à la Basilique du Saint Sépulcre. Certains Commissaires sont arrivés un peu en avance par rapport au début de la liturgie et ont visité avec plaisir l’église franciscaine de la Flagellation et l’intéressant Musée archéologique qui s’y trouve. Nombreux étaient également les religieux et les religieuses, les touristes et les groupes de pèlerins qui, comme d’habitude, remplissaient la rue dans l’attente de participer au Chemin de Croix. Peu avant le début de la célébration, sont arrivés en grand nombre les franciscains de la Custodie et le reste des Commissaires, Vice commissaires et collaborateurs, avec le Ministre Général de l’Ordre, le Frère José Rodriguez Carballo, et le Custode de Terre Sainte, le Frère Pierbattista Pizzaballa. Le Chemin de Croix, intense et suggestif, avec les lectures se rapportant à chaque station récitées en trois langues – italien, anglais et espagnol – a débuté et le long cortège s’est ébranlé compact le long de la Via Dolorosa, accompagné par la liturgie et s’arrêtant brièvement auprès des chapelles érigées en correspondance des stations traditionnelles. Une fois commémorée la troisième chute de Jésus sous le poids de la Croix, correspondant à la IX° station, marquée par les restes d’une colonne dans le mur à proximité du patriarcat copte orthodoxe, le cortège des fidèles a rejoint la Basilique du Saint Sépulcre par la petite porte et l’escalier qui mènent à la chapelle copte de Saint Michel, qui donne directement sur le parvis situé devant la Basilique. Ici, d’abord sur le Calvaire puis devant le Sépulcre de Notre Seigneur, ont été célébrées les dernières stations du Chemin de Croix qui s’est achevé, outre la traditionnelle prière selon les intentions du Souverain Pontife et celle en faveur des Bienfaiteurs de Terre Sainte, par une prière particulière en faveur des Commissaires de Terre Sainte. Après la bénédiction solennelle, a été entonné le Regina Coeli qui a mis fin à la célébration.

Avant de revenir au Couvent de Saint Sauveur et de reprendre les sessions de travail du Congrès, le groupe des Commissaires, ainsi que le Ministre Général et le Custode, se sont livrés au rite de la photo souvenir à l’extérieur de la Basilique, sur l’escalier de la Chapelle des Francs adjacente au Calvaire.

Au cours de la seconde partie de l’après-midi, les Commissaires ont poursuivi les activités liées au Congrès, poursuivant l’élaboration et la discussion de l’ébauche de document final du guide de travail de l’activité des commissaires. Fondamentale a été la présentation de l’ébauche réélaborée par la Commission désignée en vue de l’approbation, avec laquelle les participants ont noué un dialogue profitable.

Texte de Caterina Foppa Pedretti
Photographies de Miriam Mezzera

» custodia.org
© 2011 Terra Sancta blog   |   privacy policy
custodia.org    proterrasancta.org    cmc-terrasanta.com    terrasanta.net    edizioniterrasanta.it    pellegrinaggi.custodia.org