custodia.org proterrasancta.org cmc-terrasanta.com terrasanta.net edizioniterrasanta.it pellegrinaggicustodia.it
iscriviti alla nostra newsletter
Dona il tuo 5 per mille
2011
lpj.org

Qui sont les chrétiens palestiniens ?

Qui sont les chrétiens palestiniens ? Ce sont des palestiniens comme tout autre palestinien.

1. Ils ne sont ni des numéros à évaluer ni un pourcentage. Ils font partie de la population. Ce sont des êtres humains à cent pour cent comme tout être humain de chaque nation et de chaque croyance.

Quelles que soient les différences qui existent entre les êtres humains, ce qui distingue un palestinien d’un autre est sa compétence et son éducation. Ces différences sont acceptables et nécessaires pour la construction d’une communauté. Les compétences servent la communauté et renforcent son unité, mais elles ne doivent pas servir à la domination ou l’agression auquel cas elles perdraient leur valeur et dévieraient de leur but.

2. Les chrétiens palestiniens sont des palestiniens comme tout autre palestinien comme le montre le présence actuelle et leur histoire. L’Histoire est composée d’événements positifs et négatifs : la paix et les guerres, différentes cultures amenées par une succession de conquérants et d’états.

L’Histoire des chrétiens remonte au premier siècle de notre ère. L’Histoire des musulmans remonte au septième siècle de notre ère, à l’apparition de la conquête arabe islamique qui est parvenue jusqu’à Jérusalem et qui a supplanté la culture et l’état chrétien. Aujourd’hui, tous les palestiniens, chrétiens et musulmans sont le résultat de cette Histoire. Cela a rassemblé des religions monothéistes avec leurs différentes et successives cultures contradictoires ou complémentaires. Tout cela – l’Histoire chrétienne et l’Histoire musulmane – est l’héritage de tout palestinien. Il en est de même pour l’histoire d’avant l’ère chrétienne ; le Judaïsme, les Cananéens et tous les peuples des temps de la Bible, tous ceux des différents Empires qui se sont succédés avec les conquêtes d’Alexandre de Macédoine, des Romains ; cette Histoire est un héritage palestinien, à la fois pour les musulmans et les chrétiens, avec tous ses aspects positifs et négatifs et le mélange des cultures.

L’Histoire est la racine de notre société actuelle. L’Histoire arabe chrétienne est la racine pour les arabes, de même que l’Histoire arabe musulmane. L’Histoire chrétienne de Palestine est la racine de tout palestinien. L’évolution de l’histoire constitue la racine de notre présent. Une fois que ça devient l’Histoire, personne ne peut l’éliminer. Les chrétiens étaient là. Les musulmans étaient là. Les juifs étaient là. Tout cela est un fait de notre vie.

L’Histoire est le lieu et le temps où tous, ceux qui sont aujourd’hui dans un camp ou dans le camp opposé, sont nés. En Terre Sainte actuellement, il y a des différences d’affiliations politiques et nationales – Juif ou Arabe, avec une différence de croyances religieuses : juif, chrétien ou musulman. Puisque personne ne peut anéantir l’histoire, personne ne devrait avoir peur de l’histoire, qu’elle nous soit favorable ou pas. Ce qui est important est d’affirmer le présent et de modifier la relation entre tous ceux qui forment une société. Le présent peut être affirmé par la force, même la force des armes – un moyen mauvais et oppressif – ou par la force de l’esprit et la force de l’amour qui propulsent les communautés dans la stabilité.

Un chrétien dans la société arabe laboure cette route, non pas qu’il ne soit d’aucune aide dans les standards de forces humaines, non plus parce qu’il est une minorité et ne possède par d’armes pour combattre, mais à cause de sa conviction et sa volonté absolue de rester humain, de représenter tous les humains et d’interagir en être humain avec tout autre être humain, dont l’âme est un don commun du Créateur de tous les hommes.

3. Le palestinien a un avantage sur tous les peuples du monde, et cela repose sur la Terre sur laquelle il vit qui est une Terre Sainte. L’avantage de cette terre est son universalité humaine, étant le berceau des religions monothéistes et le cœur spirituel de tout fidèle.

4. Actuellement, il y a la question chrétienne palestinienne. De quoi s’agit-il ?

Elle existe car les chrétiens sont évalués par leur petit nombre et leur pourcentage diminuant, comme une base dans la manière dont ils sont considérés. Elle existe avec l’ignorance ou la négligence de leur présence comme palestiniens par un ”grand nombre” parce qu’ils sont différents en termes de religion.

Elle existe à cause de facteurs chrétiens internes, dont :

–  Une éducation chrétienne circonspecte et limitée qui ne présente pas le chrétien comme un homme qui est non seulement responsable de lui-même mais aussi de tout son peuple.

–  Les chrétiens eux-mêmes ne sont pas unis de cœur et d’esprit comme le Christ le voulait, à cause du manque d’unité entre les différentes églises, et le manque d’unité entre les membres d’une même église et entre les responsables de l’église et les fidèles.

–  Enfin, à cause des défis globaux et politiques de la Palestine dans son ensemble, avec ses musulmans et ses chrétiens, dont l’occupation est une réalité. Également, les difficultés de la vie quotidiennes qui s’en suivent, dans tous ses aspects politiques, économiques et sociaux.

5. ”Le nombre des chrétiens diminue”. Nous entendons cette affirmation dans tous les coins et cela a un écho qui entraîne une appréhension dans le cœur de beaucoup d’entre nous. Le nombre décroissant un phénomène et c’est une des nombreuses facettes du problème chrétien en Palestine et dans la Terre Sainte. Ce phénomène justifie une étude indépendante et une analyse de ses causes, pour décider sur quelle position pratique nous devrions considérer cette facette du problème chrétien en général.

Le problème chrétien a une dimension personnelle ainsi qu’une dimension relationnelle envers la communauté et ses membres. Je veux dire, qui est le chrétien et qu’est-il ?

Un chrétien est un individu qui porte un pouvoir spirituel qui lui est inhérent. L’action individuelle est atteinte par la perception de ce qu’est un chrétien, en quoi il croit, et dans la personne en qui il croit, i.e. Jésus Christ, le Verbe de Dieu, incarné dans notre nature et sur notre terre, portant le message de salut pour tous les hommes, un message pour une vie spirituelle et matérielle comblée.

La dimension relationnelle est complémentaire de la dimension personnelle. Un individu est une part intégrante de sa communauté comme un tout. Il est la ”communauté elle-même”, car sa communauté est une partie de lui. Ainsi, une communauté ne devrait pas être évaluée par ses chiffres. L’homme est un être humain à cent pour cent. Un palestinien est palestinien à cent pour cent et citoyen à cent pour cent. Sa logique et son comportement doit relever de l’amour et son but est de construire ensemble et pour tous. Il peut être confronté au rejet de ce ”pour tous”, mais cela ne doit pas le dissuader de sa mission, parce que, qu’il soit rejeté ou accepté, il porte le message d’amour, un message qu’il porte à ceux qui l’acceptent, à ceux qui le connaissent comme à ceux qui ne le connaissent pas, à ceux qui ont souci de lui comme à ceux qui ne l’ont pas.

Le problème chrétien peut être abordé sur cette base de la connaissance et de la confiance mutuelle. Sur cette base, un chrétien est éduqué de telle manière à être préparé à la vie individuelle et sociale avec tous ses aspects.

6. Épilogue

Je dis aux chrétiens : Vous êtes ni un chiffre ni un pourcentage, mais des êtres humains à cent pour cent, avec un message à offrir. Vous devez coopérer avec votre société, alors que votre communauté n’est pas votre ennemi. Cependant, même si une partie de votre communauté a été votre adversaire, vous a maltraité, oppressé et privé de votre liberté et de l’accès au travail, vous devez continuer à travailler et persévérer dans votre mission.

Vous êtes les personnes qui ont reçu la force, par la puissance de l’Esprit et non par le pouvoir du matérialisme. Même si le pouvoir du matérialisme devait régner, littéralement ou indirectement à travers la privation de la liberté et des moyens de subsistance, vous devez faire face à l’oppression au nom de votre liberté et de la liberté de votre oppresseur. Vous devez passer votre vie pour l’amour d’une vie comblée, et pour celle de ceux qui vous tuent. Vous devez continuer sur ce chemin, tout comme vos enfants après vous le feront.

+ Patriarche Émérite Michel Sabbah

Traduit en français par Paul Marie de Brunhoff
» lpj.org
© 2011 Terra Sancta blog   |   privacy policy
custodia.org    proterrasancta.org    cmc-terrasanta.com    terrasanta.net    edizioniterrasanta.it    pellegrinaggicustodia.it